les supplices d’un programmeur africain

Raindolf Owusu

Travailler en tant que développeur mobile, web et logiciel indépendant en Afrique peut être une expérience éprouvante

L’Afrique, depuis  longtemps, est reconnu par le monde comme un continent agricole et ces dernières décennies, de nombreux développeurs de logiciels (comme Africain Code King) travaillent sans relâche pour prouver que nous sommes aussi un continent technologique par la construction de grands sites Web, des applications mobiles et des logiciels ayant pour objectifs de résoudre nos problèmes sur le terrain.

Nous vivons dans un continent où les équipements technologiques coûtent deux à trois fois plus chères qu’en Europe, en Amérique du Nord, où les livres techniques sont presque inexistant dans la majeure partie du continent et où la majorité des personnes n’ont pas de cartes de crédit pour acheter sur Amazon . Ajouté à cela, une grande partie des pays Africain sont blacklistés (sur liste noire) par Paypal .

En Afrique, il s’agit d’un problème de perception , certaines personnes pensent encore que la technologie vient dans une boîte comme un caméscope, ordinateur, ordinateur portable, iPad et ainsi de suite alors nous avons besoin de comprendre que la technologie est un processus que nous devons tous construire ensemble.

J’ai énuméré ci-dessous quelques-unes des angoisses :

Le délestage

une pratique qui consiste à couper l’électricité à des pans entiers de la ville afin d’économiser l’énergie dans les pays tels que le Ghana et l’Afrique du Sud, pour n’en nommer que quelques-uns.

Ils ne se soucient pas que vous ayez besoin d’électricité pour fonctionner et vous avez besoin de travailler pour manger. Aujourd’hui, au Ghana, les choses sont beaucoup mieux – ils coupent l’électricité sans le moindre avertissement préalable ou la puissance fluctue follement et la société d’électricité pense que c’est tout à fait normal.

Avec ce facteur de délestage vous pouvez être assurés que la plupart des développeurs, en particulier au Ghana et au Nigeria, ne peuvent pas respecter leurs échéances

Le coût élevé d’Internet

La bande passante d’Internet a probablement été mon problème majeur depuis que j’ai décidé, il ya six ans, de me lancer dans le développement logiciel et web.

Il n’y a pas des forfaits spéciaux de données que je connais qui sont vendus à des promoteurs qui consomment d’énormes quantités de données.

Les entreprises de télécommunications oublient que Internet possède une énorme quantité de données d’information qui peut être utilisée comme un outil puissant pour stimuler la croissance économique et la réduction de la pauvreté.

Investissement

La plupart des développeurs ont créé une start-up à la recherche d’investisseurs pour financer leurs projets. En Afrique, la plupart des gens ne comprennent pas le style d’investissement de la Silicon Valley et de l’investissement providentiel.

En Afrique, mon constat est que la plupart des soi-disant tech-investisseurs, quand ils financent une start-up, sont à la recherche de profits à court terme.

Pour de bons développeurs qui croient qu’ils n’ont pas besoin d’un financement, ils essayent d’amorcer leurs projets personnels.

Le salaire

Il faut beaucoup de courage et de zèle pour un bon développeur africain pour refuser des offres d’emploi et de stages pour poursuivre sa passion.

Une fois que l’argent s’installe, le développeur a tendance à ralentir dans l’innovation et travaille dur pour améliorer la place de l’entreprise où il travaille dans l’espoir de gagner des promotions .

Un développeur web et logiciels en Afrique gagne entre 10000$ (environ 5 000 000 FCFA) à 20 000$ (10 000 000 FCFA) par an alors que leurs collègues en Europe et aux États-Unis gagne au moins $ 100.000 dollars (50 000 000 FCFA) par an .

Je suis actuellement en train de changer, de simple développeur en un grand homme d’affaires . Chaque jour, je rencontre de grands techniciens qui travaillent pour de grandes entreprises de haute technologie , mais ils auraient été mieux en entrepreneurs pour de grandes technologies pour l’Afrique .

L’école

Chaque mois, une horde de nouveaux programmeurs , fraîchement formés dans des universités et institutions professionnelles des TIC diplômé avec d’impressionnants sujets prospectifs , certificats, diplômes , etc

Ils prétendent avoir des compétences en Java , C + + , C , PHP , JavaScript , COM , Oracle , SQL , HTML et MS Office . Le problème est que , bien que le programme semble bon et serait un bon point de départ pour être un développeur web et logiciel , ces étudiants ne passent pas de temps à travailler sur leurs projets personnels mais travaillent juste pour de bonnes notes.

Ces développeurs-là sont précuit et ne peuvent pas faire un travail productif . Ceux qui obtiennent des emplois atterrissent dans des emplois plus techniques comme les administrateurs informatiques , la maintenance et ainsi de suite .

Au lieu de cela en utilisant les méthodes qu’ils ont appris dans la programmation et ainsi de suite, Les entreprises qui les embauchent pour ces emplois ne réalisent pas que ces gars-là peuvent réellement construire un logiciel pour faire leur travail beaucoup facilement .

Il est temps pour les Africains de croire que le logiciel est en fait quelque chose que nous pouvons créer pour nous-mêmes .

Moral de l’histoire

System.out.println (« Ce n’est pas facile d’être un développeur de logiciels en Afrique. N’abandonnez pas et toujours demander à Dieu des directions. Utiliser les technologies appropriées pour les bonnes tâches. L’avenir de l’industrie du logiciel de l’Afrique consiste à permettre aux grappes dispersées de programmeurs amateurs individuels. Ces personnes qui codent même si cela ne  paye pas parce que c’est ce qu’ils aiment faire. Ces gens-là doivent avoir une chance, devraient avoir du travail à faire, encouragés à tenir le coup.[…]
« );

Apprenez à apprécier l’arc-en-ciel, après avoir maudit la pluie, c’est comme aimer à nouveau après avoir connu la douleur!

%d blogueurs aiment cette page :